EDF en Arizona: Meley et Pitcher reviennent sur leur expérience

Les 2 internationaux reviennent pour nous sur les moments forts du séjour.

 Barracudas: Vous revenez d’un stage de préparation avec l’équipe de France en Arizona (USA), Quelles ont été vos premières impressions une fois sur place?

Thomas Meley : C’etait ma premiere fois en Arizona (nous étions logés à Tempe petite ville proche de Phenix), la chaleur et l’air sec (30°tout au long du stage en plein mois de mars) ainsi que le paysage desertique parsemé de cactus sont les premières fortes impressions une fois la-bas. Puis le fait de se retrouver au coeur du spring training (cactus league) avec tous ses complexes des differentes franchise MLB, qui drainent tant de supporteurs et de passions autour du baseball était extraordinaire.

1781537_634694949913419_1333548600_o

Andy Pitcher : De mon côté, j’avais déjà effectué quelques séjours, là-bas. A cette période de l’année, il fait déjà très chaud et les conditions sont parfaites pour s’entrainer et se préparer au mieux pour la saison.

1654595_634694823246765_1179193187_o

Barracudas: Le complexe ou vous avez joué était exceptionnel. Qu’est ce qui vous a le plus marqué?

Thomas Meley: En effets les complexes ou nous avons joué étaient exceptionnels. Les surfaces de jeux étaient digne de celles de MLB, l’herbe parfaitement tondu comme dans un golf, la terre en infield toujours impeccable et quel plaisir que de lancer sur des monticules aussi parfait, dur et ou aucun trou ne se forme. Les complexes sont immenses souvent partagé par deux franchises MLB. Un gros stade pour accueillir les matchs de spring training et pour chaque franchise, de chaque coté une douzaine de terrains, des cages de batting et bullpen couverts ou en extérieure, salle de musculation (une pour la MLB et une autre pour la minor), des clubhouse MLB et minor league.

10012769_634694899913424_1009911947_o

Andy Pitcher : Au total, nous avons  joué sur trois complexes  major league, celui des Dodgers/White Sox (Glendale), celui des Mariners/Padres (Peoria) et celui des Rangers/Royals(Surprise). J’avais déjà eu l’occasion de m’y rendre, mais en tant que « spectateur ». Ces complexes sont juste énormes, tout est prévu sur place pour s’entrainer sans avoir à s’occuper du reste. Tout est à leur disposition, les terrains, les cages de frappe, les salles de muscu, le matériel, etc.., bref il y a tout ce dont on peut espérer en tant que joueur !

Barracudas: Vous avez rencontré des personnages emblématiques de la MLB. Une rencontre en particulier restera gravée?

Thomas Meley: Avant le match contre les Dodggers nous avons eu le grand honneur de rencontrer Monsieur Tommy Lasorda. Ce fut exceptionnel que de serrer la main de ce grand coach membre du hall of fame, veritable légende vivante du baseball. Je me rappel a mes debut fin 80, d ‘une casette VHS que mes coéquipiers et moi regardions retraçant la saison MLB 1988, ce sont pratiquement les premiéres images de baseball que je voyais et elles m’ont beaucoup marqué. Cette année la, les Los Angeles Dodgers remporte les World Séries avec le fameux HR de Kirk Gibson, et le coach de l’époque était Tommy Lasorda.

Andy Pitcher : Une des rencontres qui m’a le plus marqué, est celle avec Tommy Lasorda, une légende du baseball américain, sur le complexe des Dodgers, avant notre premier match.

1932583_631833043532943_37775257_o

NDLR : Tommy Lasorda devient manager de l’équipe réserve des Dodgers en Pacific Coast League : d’abord avec les Spokane Indians (1969-1971), puis avec les Albuquerque Dukes (1972). En sept saisons en ligues mineures, il remporte cinq championnats et participe à l’éclosion de plusieurs joueurs qui formeront la base de l’équipe des Dodgers qu’il dirigera quelques années plus tard. En 1973, il devient instructeur de troisième but sous les ordres de Walter Alston. Il est alors considéré comme son héritier désigné et il refuse même plusieurs propositions de poste de manager dans d’autres clubs. Le 29 septembre 1976, il devient manager des Dodgers après la retraite de Walter Alston3.

Pour ses débuts, il mène son équipe à deux titres de Ligue nationale en 1977 et 1978, mais le club perd en série mondiale à chaque fois contre les Yankees de New York. Les Dodgers remportent la série mondiale en 1981 (contre les Yankees) et 1988 (contre les Athletics d’Oakland). Tommy Lasorda reçoit deux fois le prix de Manager de l’année en 1983 et 1988. Il est le manager de l’équipe de Ligue nationale lors des matchs des étoiles de 1978, 1979, 1982 et 1989.
Il dirige les Dodgers une dernière fois à domicile lors d’une victoire 4-3 sur les Astros de Houston le 23 juin 1996. Le lendemain, il se rend à l’hôpital en raison de douleurs abdominales. Il s’agit en fait d’une crise cardiaque. Il subit une angioplastie deux jours plus tard. Le 29 juillet, il annonce sa retraite du poste de manager avec un bilan de 1599 victoires et 1439 défaites en 21 saisons4.
Il se classe à la 16e place au nombre de victoires en saison régulière pour un manager dans l’histoire des ligue majeures et à la 15e place au nombre de rencontres de saison régulière. En séries éliminatoires, il a géré 61 fois son équipe pour 31 victoires et 30 défaites.

Barracudas: Pouvez vous nous parler de vos adversaires de la semaine?

Thomas Meley: Les joueurs de minor league que nous avons affronté étaient pour la plupart de niveau exceptionnel. Une moyenne d’âge entre 18 et 24 ans des qualités baseballistiques et athlétiques très élevées, capable de frapper fort sur tout le terrain, de courir vite sur les bases et toujours sans déchets en défenses. Les lanceurs étaient peut être les joueurs les plus impressionnants, ils lançaient tous en moyenne a 92-93mph, les plus rapides 97-98mph. Tous ces jeunes joueurs sont de véritable professionnels, s’entrainant dur toute l’année pour peut être un jour signer un contrat en mlb, mais il y a peu d élu.

Andy Pitcher : Nous avons affronté quatre équipes niveau minor league et deux équipes de college. Le niveau était très élevé, contre les minors,  les lanceurs en face attaquaient la zone et lançaient en moyenne 90 mph avec des balles qui bougeaient pas mal.

Les joueurs de position  étaient très agressifs,  que ça soit au bâton ou sur base et frappaient fort la balle dans n’importe quelle situation !

Contre les collège, le niveau était en dessous des équipes pros, mais ça jouait agressif et on voyait plus la cohésion de groupe que chez les minors, qui étaient en préparation.

1262501_632368676812713_630456009_o

Barracudas: Vous avez affronté des équipes professionnelles, au regard de ses adversaires, quels sont pour vous les axes de travail majeur de l’équipe de France?

Thomas Meley : Ce fut exceptionnel pour l équipe de France que d’affronter des équipes pareilles (Mariners, Dodggers, Padres, White sox) nous ne ramenons pas de victoires face a ses équipes mais le niveau général de l’équipe fut bon. Les matchs furent difficile, parfois serrés mais dur de tenir face a tant de talents. Le retour des coachs était positif en général

prenant en compte que nous étions en période de préparation et qu’il était fatiguant de jouer sept matchs en dix jours a ce moment de l’année.

Andy Pitcher : Je pense que nos principaux axes de travail, seraient de consolider l’attaque et garder notre constance en défense avec un pitching staff qui attaque la zone.

Barracudas: Pouvez vous nous parler de votre prestation sur le terrain?

Thomas Meley : Pour ce qui est de ma prestation ce fut dans l’ensemble plutôt positif lors de mes trois sorties avec comme je me l’étais fixé aucune manche ou j’encaisse beaucoup de points avec des doubles et des triples qui se suivent, ce qui peu très vites arriver face à de tels joueurs. Le seul bémol, face au Dodggers ou je concede un HR à la huitieme manche alors que le score est de 1-1. J affronte le frappeur 4 de leur équipe, un grand canadien bien bâti, le compte était de 3-2 et je décide de lui lancer une courbe basse et proche de la zone de strike. La courbe n’est pas assez basse et malgré son déséquilibre sur son pas d’élan (surpris que je lance une courbe a ce moment du compte) il réussit à expédier la balle derrière la clôture du champ droit.

Andy Pitcher : Globalement, je suis content de ma prestation, j’ai eu l’opportunité de jouer tous les matchs, ce qui m’a permis de progresser tous les jours, techniquement, mais surtout au niveau de mon approche à la frappe et sur base.

J’avais quelques difficultés au bâton au début, mais grâce au coaching staff et à la quantité d’at-bats ,j’ai pu prendre confiance au fur et à mesure des matchs.

1495130_632637060119208_1104638631_o

Barracudas: Vous allez trés bientôt ( 30mars vs Savigny) reprendre la saison avec le club, comment te sens tu?

Thomas Meley : Je suis motivé et déterminé, je jouerais mon meilleur baseball !!!

1966334_631832710199643_374473608_o

Andy Pitcher : Cette expérience m’a vraiment motivé et m’a rendu confiant pour la saison 2014.  J’en garde que du positif, j’ai pu recevoir beaucoup de conseils que ça soit du coaching Staff ou de mes coéquipiers. Je sais sur quoi travailler, et je veux faire en sorte de garder cette progression tout au long de l’année, en gardant pour objectif, le championnat d’Europe en septembre et le championnat de France avec Montpellier !